VERS l’avenir

Le Wolastoqiyik, ou Malécite, est une langue Algonquine parlée par les Autochtones d’Amérique, les Premières Nations, peuple de la Confédération Wabanaki. Ils sont le peuple indigène de la vallée de la Rivière Saint-Jean et de ses affluents, entre le Nouveau-Brunswick, le Québec et le Maine. Les Malécites aujourd'hui ont également migré vers d'autres parties du monde.
Bien que généralement connu en anglais comme le Maliseet ou Malécites, leur autonyme est Wolastoqiyik. Ils sont connus en français sous le nom Malécites  ou Etchemins (ce dernier fait collectivement référence au Malécites et les Passamaquoddy, groupes parlant l’Algonguin de l’Est. Ils s'appelaient eux-mêmes Wolastoqiyik d’après la rivière Wolastoq qui est au cœur de leur territoire. (En anglais, il est communément connu comme le fleuve Saint-Jean).  En Malécite, Wolastoq signifie «belle rivière». Wolastoqiyik signifie «peuple de la Belle Rivière».
Le terme Malécite est l'exonyme par lequel le peuple Micmac référait à ce groupe en parlant à leur sujet aux premiers Européens. “Malécite” était un mot Micmac signifiant «lanquage brisé" ou "lent parleur». Bien que les langues Wolastoqiyik et Mi'kmaq sont étroitement liés, le nom exprime ce que les Mi'kmaq perçurent comme un dialecte suffisamment différent pour être appelé  «brisé» de la version de leur propre langue.

Aujourd'hui, au Nouveau-Brunswick, environ 3000 Malécites vivent dans les territoires des Premières Nations, au  Madawaska, Tobique, Woodstock, Kingsclear, Saint Mary et Oromocto. Il y a aussi 600 Malécites dans la bande de Houlton, Maine et 1200 dans la Première Nation de Viger au Québec. Un nombre inconnu de Wolastoqiyik «hors réserve» vivent dans d'autres parties du monde.
Il reste environ 650 indiens parlant la langue Malécites, et environ 1,000 Passamaquoddy, qui vivent des deux côtés de la frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Maine. La plupart sont plus âgés, bien que certains jeunes ont commencé à étudier pour conserver la langue. Le nombre d’indiens parlant le Malécite est considéré comme ayant stabilisé potentiellement. Un programme actif de bourses d'études sur la langue malécite-passamaquoddy a lieu à la Mi'kmaq - Maliseet Institute à l'Université du Nouveau-Brunswick, en collaboration avec ceux parlant le language Malécite.. David Francis Sr., un aîné Passamaquoddy, de Sipayik, Maine, a été une ressource importante pour le programme. L'Institut a pour but d'aider les étudiants autochtones américains à maîtriser leur langue maternelle. Le linguiste, Philippe LeSourd a effectué des recherches approfondies sur la langue.


Plan du Site PNMM English